Le luth et la quenouille

Trois personnages sont qualifiés par leur accessoire : une jeune femme qui tient un luth est  flanquée d’un paysan avec une houe et d’une vieille avec une quenouille. Une première lecture s’interroge sur la coprésence de la jeune femme raffinée avec la vieille et le paysan, et sur le rôle rhétorique de l’instrument de musique. La comparaison des deux femmes installe une psychomachie ; le luth et la quenouille métaphorisent tour à tour l’otium et le negotium, l’évanescent et le durable, le vice et la vertu. La troisième lecture se penche, en le comparant aux portraits contemporains des amants, sur le couple improbable du paysan et de la jeune femme, un attelage qui suscite l’équivoque des accessoires.

PLAN DE L'ARTICLE

  • 1/ Première lecture : la discordance de statut
  • 2/ Deuxième lecture : le luth et la quenouille
  • 3/ Troisième lecture : les couples d’amants.