Le Séraphin II : Les Collettanées de 1504

Les Collettanees de 1504, qui constituent une première du genre, réunissent des poèmes à la gloire de Séraphin mort en 1500. Participent à l’hommage la sodalité du studio bolonais, en latin, et le gratin de la poésie courtoise, en vulgaire. Le poète de l’amour y est encensé moins pour la qualité intrinsèque de sa poésie que pour l’exaltation de sa performance, récitée ou chantée. Le luth, explicite dans les lettres et la biographie, n’apparaît à aucun moment dans les 160 occurrences de l’instrument de musique. Alors, de quel instrument jouait-il et avec quelle technique ? Si la lira est bien l’instrument de la métaphore poétique, Giovanni Filoteo Achillini (1466-1538), le responsable des Collettanees, se représente toutefois la viola da mano à la main devant le laurier. 

PLAN DE L'ARTICLE

  • 1/ Les poètes des Collettanées de 1504 et leurs jeux de mots.
  • 2/ Séraphin, poète de l’amour.
  • 3/ Quel instrument pour quelle performance ?
  • 4/ CAchillini, Orphée au luth.
  • 5/ La musique à Bologne.