Le Séraphin V : la fortune littéraire du Séraphin

La biographie de Séraphin était pour Calmetta l’occasion d’établir un panorama des centres littéraires italiens et de situer la poesia per musica dans l’histoire de la littérature en vulgaire. Il classe Séraphin parmi ceux qui mettent en valeur le texte avec une musique simple et « plaine ». Dès la fin du XVe, le chanteur au luth est perçu comme le chef de file d’un genre vite décrié pour sa facilité. Entre Pétrarquisme et Séraphinisme, le modèle italien se diffuse en Europe ; Saint-Gelais et Scève en France, Wyatt en Angleterre, Boscan et Garcilaso de la Vega en Espagne partagent les thèmes et les manières qui appartenaient au fond commun de la courtoisie internationale mais l’emprunt direct transparaît parfois. La pratique du chant au luth est la marque de cette influence.

PLAN DE L'ARTICLE

  • 1/ Calmetta et Séraphin, naissance de la critique littéraire
  • 2/ Les genres poétiques
  • 3/ Le citharède et le poète
  • 4/ Le Séraphin chef de file
  • 5/La fortune européenne de Séraphin : France, Angleterre, Espagne