Le Séraphin VI les poètes et la musique

Séraphin a imité ou côtoyé les poètes de sa génération : Cariteo à Naples, Visconti à Milan, Accolti à Rome, Tebaldeo à Mantoue. Lettré au service du prince, gentilhomme, « improvisateur », acteur, le statut social du « poète » était très variable. L’oralisation naturelle de la poésie recouvrait également, selon les genres, bien des pratiques différentes, celles du citharède, du récitant, du dicitore. Les exemples de Correggio et Carretto, organisateurs de la fête courtoise, montreront comment le service poétique de la dame s’articule avec la circulation des textes grâce à la musique. À la génération suivante, quand la métaphore poétique prend corps dans une performance effective ou fantasmée, Baldassare Olympo, endosse sa persona d’amant et de poète au luth et Notturno Napoletano, celle du poète à la lira.

PLAN DE L'ARTICLE

  • 1/ Cariteo à Naples
  • 2/ Gaspare Visconti à Milan
  • 3/ Bellincioni à Milan
  • 4/ Antonio Tebaldeo, à Mantoue et Ferrare
  • 5/ Unico Aretino, à Rome
  • 6/ Niccolò da Correggio, de Ferrare à Milan
  • 7/ Galeotto del Carretto : le poète, le musicien et la dame
  • 8/ Panfilo Sasso à Modène
  • 9/ Baldassare Olympo, poète au luth
  • 10/ Notturno Napoletano, poète à la lyre